Tout le monde a déjà entendu parler de ces charmants entrepreneurs de Côte d’Ivoire qui se font passer pour des {bimbos blondes|cancéreux|riches héritiers|victimes d’un complot|insère ici ton profil improbable} dans l’espoir de soutirer quelques sesterces à nous autres bons gaulois, je ne m’étendrai donc pas outre-mesure sur le phénomène. Peut-être même avez-vous reçu l’une de ces missives, auquel cas vous l’aurez probablement mise à la poubelle. Toutefois, les plus curieux d’entre vous se seront posé la question suivante :

Que se passe-t-il quand on répond ?

C’est vrai ça, qu’est-ce qui se passe quand on répond à ce lointain correspond d’outre-mer ? Ces personnes racontent-elles la vérité ? Sont-elles dignes de confiance ? Est-ce que l’on touche vraiment un million d’euros en échange d’un petit virement mandat cash (spoiler : hélas non) ? Jésus va-t-il tous nous sauver ?

Il fallait que j’en aie le cœur net, donc je me suis prêté au jeu histoire de répondre à toutes ces interrogations métaphysiques.

La correspondance émouvante de Marine Ferjois

Ça commence de façon classique par un petit message sur Viadeo (j’aimerai bien connaître les taux de retour, il faudra que j’enquête sur ce sujet un de ces quatre). On appréciera au passage l’avatar de la Vierge Marie, ça annonce direct la couleur, on a affaire à quelqu’un de très pieux.

Parfait, notre ami laisse son adresse Hotmail dans son message. Votre serviteur s’empresse de créer un Gmail pourri, l’affuble d’un avatar de mamie sympathique – du genre qui fait des confitures et qui vous lit des histoires avant d’aller dormir – et répond tout de go.

On commence en douceur, histoire de ne pas éveiller les soupçons.

Notre ami – appelons-le Charles-Etienne – fonce à toute allure dans le panneau sans se douter de la supercherie.

Charles-Etienne (CE pour les intimes) lui, il y va franco : ses enfants ont disparu mystérieusement aux USA et il n’a plus que quelques jours à vivre. Même qu’il est cultivé, parce qu’il cite la Bible, et qu’il aimerait que j’ouvre un orphelinat avec son argent qu’il va me donner. CE, il a un cœur gros comme ça.

Charles-Etienne, ou plutôt son avatar, Nina bidule-truc. Petite pensée pour la malheureuse ukrainienne qui s’est fait chourer son identité par un pirate mal intentionné. Elle a des petits airs à Thatcher comeme.

Mamie Ferjois est rassurée, c’est bien une personne réelle qu’elle a en face de son écran, donc elle répond. Elle est même carrément enjouée. Elle raconte un peu sa vie (c’est une mamie après tout, normal) puis s’inquiète de la montagne de pognon que ça représente. Va-t-elle avoir des problèmes avec la justice ? François Hollande (oui, ça date) ne va-t-il pas ponctionner la moitié de son flouze ? Autant de questions insolubles pour une si vieille dame.

CE exulte, ça sent bon le pigeon ferré tout ça. Il se perd dans des tirades dithyrambiques, il met en police 52 les trucs importants : il a le même parcours que Marine, la même histoire, les mêmes problèmes, c’est amazing. Dire que mamie va bientôt toucher des millions !

Apparemment, Marine n’aura aucun problème avec son président français François Hollande, et ÇA, c’est une excellente nouvelle.

Un jour passe, CE prend peur, et pour cause : mamie n’a pas répondu à son mail. Est-ce qu’elle est encore vivante ? N’a-t-elle pas succombé à une maladie dégénérative foudroyante ?

Bien sûr que mamie est vivante ! Même qu’elle raconte de la grosse merde, histoire de voir si CE a un QI de bulot.

Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire si vous avez un AVC : prendre de l’aspirine.

Bon, ben plus aucun doute là-dessus : Charles-Etienne a un QI de bulot mourant. Il insiste quand même beaucoup pour que je remplisse son satané formulaire. Le coquin !

C’est quand même bizarre cette banque en Afrique !” S’exclame mamie en plissant les yeux devant l’ordinateur.

Le fabuleux certificat de CE bricolé avec Photoshop. Il est fort, CE.

Mamie se décide enfin à remplir son formulaire. On tartine de la grosse connerie partout, histoire de voir si Charles-Etienne va enfin se rendre compte qu’on le prend pour un doux crétin.

La maison de mamie. Jolie, n’est-ce pas ? CE a dû se frotter les mains en voyant la baraque. Au début, votre serviteur a hésité à mettre le Louvre. J’aurai dû, je pense.

Ah, maintenant il faut que mamie écrive à une banque dont l’adresse mail se termine par yahoo.fr, belle preuve de professionnalisme, bravo. CE veut que je le fasse “de sitôt”. Bah tiens. On va l’emmerder encore un peu, CE.

Le magnifique papelard de CE que l’on retrouve en pièce-jointe. Ça fait sérieux et tout.

Ça fait beaucoup de papiers pour mamie, c’est plus de son âge ce genre de trucs, alors elle tient à le faire savoir à Charles-Etienne. Elle s’excite un peu et exige qu’on réponde à ses questions avant de s’engager un peu plus :

La semaine s’achève et voilà qu’arrive le weekend ; comme Mamie n’a pas envie d’être dérangée le samedi / dimanche, elle invente un vilain prétexte et débite les conneries les plus absurdes qui soient.

CE a bien reçu le message : pas de problème, tout roule, il prend même le temps de répondre aux questions de mamie. Brave CE.

De retour de son weekend au zoo, mamie envoie prestement un mail à monsieur Henry MONTERO, directeur de la Boa banque. Mamie se fait agressive : elle commence à comprendre que les millions, c’est du sérieux, et qu’elle sera bientôt riche.

Ce très cher directeur par intérim MONTERO (qui répond lui-même aux mails de ses clients, ça c’est un directeur attentionné) atteste bien de l’existence de la mallette pleine de bifetons. YES ! IT’S REAL !

Et là, mamie commet une faute impardonnable : elle raconte beaucoup, BEAUCOUP de merde…

ENORMEMENT de merde même…

La sanction est sans appel : mamie, tel un naufragé de Koh-Lanta, est éliminée sur-le-champ par CE qui a démasqué la supercherie. Tristesse et pleurs : l’aventure s’arrête ici, mamie ne touchera jamais ses millions !